WE Lot du 26 au 28 Août 2016

lundi 26 septembre 2016
par Vincent Verdon
popularité : 1%

Participants :

Jean-Luc Rouy ; Vincent Verdon (Georges) ; Hugo, Jérémy et Vincent Boilloux (Popeye) ; Clotilde, Gérard (Gégé) et Véronique (Charlotte) Collin ; Maxence Duguet, Estelle Clément ; Fabien Carrier ; Cloé Carnet

Compte-rendu (par Clotilde) :

Les ‘’Boilloux‘’ arrivent vendredi soir les premiers puis les Collins vers 21h, installent leurs tentes et mangent. Jean-Luc et Vincent, qui font camion commun arrivent vers 22h. Montage de la tente de Jean-Luc qui sert aussi de dépôt à matériel. Le choix des cavités à explorer avait été fixé lors du barbecue de Club. Le programme du samedi est l’igue de Planagrèze. Les Kits pour la descente sont préparés le soir même, le reste du matériel est rangé dans la tente de Jean-Luc. Vers minuit les premiers vont se coucher. Les derniers, Estelle, Cloé, Maxence, Fabien, arrivent vers 01h pour s’installer.

Le lendemain matin les premiers se lèvent vers 7h30 et commencent à préparer le petit déjeuner que chacun vient prendre petit à petit. Charlotte prépare le déjeuner pour ceux qui partent sous terre. Vers 10h départ du camping pour l’igue de Planagrèze. Arrivés à 10h30 sur le site, on décide de descendre en deux groupes équilibrés en fonction des niveaux de pratique. Dans un premier groupe Vincent, Clotilde, Maxence et Jean-Luc et en deuxième groupe Jérémy, Fabien, Hugo et Popeye. On s’équipe et vers 11h les premiers descendent. Vincent commence à équiper. Ayant observé les difficultés des premiers qui descendent, Maxence ne souhaite pas aller sous terre et rentre au camping (déjeuner et baignade avec les filles). Après le premiers grand puits (25m), Vincent rencontre des difficultés à équiper (les échos du fond en témoignent) et à permettre que les moins expérimentés puissent passer. Jean-Luc dit qu’il faut modifier l’équipement trop aérien, accessible aux seuls anciens. Du coup Jean-Luc et Vincent trouvent plus raisonnable de s’arrêter au niveau de la rivière suspendue plutôt que de descendre jusqu’à la rivière. Une fois l’équipement modifié en haut du deuxième puits (33m) la descente peut continuer. La suite est une enfilade de plus petits puits qui nous conduit au niveau de la rivière suspendue. A ce moment-là on commence à gonfler les canots … à la bouche, on a oublié le gonfleur à pied. Pendant qu’on se relaie au gonflage sur les canots, les autres déjeunent. Dès que les premiers ont fait la balade sur la rivière et ont mangé, ils commencent à remonter pour ne pas perdre trop de temps même si certains regrettent le fait de ne pas descendre jusqu’au fond de la grotte, cela nous réserve la possibilité de faire un nouveau trou le lendemain et comme nous dit notre président à vie : « on reviendra ! ». La remontée se fait sans trop de soucis hormis quelques expressions ronchonnes. Comme tout au long de la sortie, les plus anciens et expérimentés veillent sur les plus jeunes et les conseillent lorsqu’ils ont un souci. Jean-Luc décide de déséquiper la partie basse du trou et Popeye le haut. Vers 17h30 tout le monde est sorti. On se déséquipe et certains sortent les cordes et les démêlent en enlevant les nœuds et les différents amarrages restés sur les cordes. Vers 18h30 retour au camping où l’on retrouve les filles et Maxence, Gégé rentré de randonné et Charlotte qui bouquine. Bière et baignade sont au rendez-vous. Suite à cela, le programme est au lavage de cordes, préparation des kits pour le lendemain matin et cuisine avec ceux qui sont présents. Douche et apéro à côté du barbecue pendant que Gégé fait cuire la viande achetée dans l’aprèm et les brochettes de légumes. En dînant, on réfléchit à l’organisation du lendemain. Comme d’habitude aucune décision n’est prise sauf l’heure du réveil. Vers minuit tout monde est couché.

Dimanche, vers 7h30 les premiers se lèvent et commencent à préparer le petit déjeuner. Le réveil avait été donné à 8h, Popeye va réveiller notre cher président et vers 8h15 tout le monde est debout. Petit déjeuner interrompu à cause de la pluie mais le trouver préparé au réveil ravit certains. Suit le rangement et le pliage des tentes. Départ du lieu de camp vers l’igue des Combettes à 10h. Arrivés sur place à 10h20 pour les premiers. Chacun s’équipe et commence à se diriger au bord du trou situé le long de la route. Jean-Luc équipe le trou dans un calme rare sauf lorsque des réflexions lui parviennent. Tout le monde descend (p2+p3+p45 (30+15)) sans trop de problème. Un seul problème à constater, celui de la main courante dont tout le monde n’a pas forcément compris le rôle. Les premiers étant arrivés, Jean-Luc lance l’expédition de la partie avale de la rivière comprenant des passages en hauteurs et en opposition, quelques petits puits en cascades et une chatière humide qui nous emmène au siphon final. Une petite pause est effectuée permettant à certains de boire, d’autres de manger et autres besoins du genre... La remontée s’effectue tranquillement avec la remontée d’une cascade un peu technique. Certains partent très rapidement devant et les autres suivent tranquillement derrière avec l’appui des expérimentés. Arrivés en bas des puits, Popeye ouvre la marche et arrive le premier en surface où attendent ‘’les filles’’, Charlotte, Gégé, et la bouffe. Puis Jean-Luc qui se positionne au niveau de la déviation pour aider ceux qui rencontrent des problèmes pour la franchir. Chacun monte à son rythme même si cela provoque l’agacement de certains. Tout en attendant son tour pour remonter et pour se réchauffer, Vincent improvise une petite danse et une petite animation… dommage qu’il n’y ait pas eu d’appareil photo ! Une fois en haut, les uns vont se changer pendant que les autres attendent les autres au bord du trou. Vincent déséquipe tranquillement. Charlotte en profite pour faire un rappel sur l’esprit collectif qui est habituel au club (partage des tâches, repas en commun,…). Une fois tout le monde sorti et changé, c’est l’heure des comptes et du règlement et du repas. Estelle, Cloé, Maxence et Fabien sont les premiers à reprendre la route vers 17h30. Les autres finissent tranquillement et se partagent les restes. Vincent et Jean-Luc repartent très vite après. Les Collins et les ‘’Popeyes’’ finissent de ranger. Vers 18h00 tout le monde est parti en direction de son domicile. Tout en ayant à l’esprit l’envie d’autres sorties pour perfectionner la technique.

En guise de conclusion ;-) :

Les points positifs :

  • des horaires de week-end maîtrisés grâce une organisation réussie concernant la préparation du matériel et des repas.
  • La patience et l’attention des cadres envers les plus jeunes et les moins expérimentés.
  • Une découverte dans de bonnes conditions, pour certains, des verticales sous terre, pour d’autre, de la navigation grâce à l’initiative de Charlotte pour l’achat d’un bateau.
  • Un bon choix de grottes et de bons repas.

Les points négatifs :

  • il faut que chacun comprenne que la vie de club est collective en surface et sous terre, ceux qui ont des tâches d’organisation (initiateurs et ceux qui font les courses) ne doivent pas être seuls responsables de la préparation et du rangement (cuisine, enkitage, vaisselle, lavages des cordes, café, rangements,…).
  • Charlotte a coupé les tartines du petit déj mais elle n’a même pas mis la confiture… C’est de l’arnaque !!

Agenda

<<

2018

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois